Czasopisma Naukowe w Sieci (CNS)

Cegły, dachówki, tabliczki woskowe, amfory, czyli o zaangażowaniu ekonomicznym wyzwoleńców cesarskich

  1. Igor Wypijewski

Abstract

Briques, tuiles, tablettes de cire, amphores, ou l’activité économique des afranchis impériaux

 

Cet article traite de l’activité économique des affranchis impériaux. Leur participation à la production de céramiques, bien documentée, a été mise en relation avec leurs interventions dans d’autres secteurs de l’économie: commerce, banque et agriculture. La comparaison des sources disponibles permet d’affiner considérablement les conclusions tirées jusqu’à présent, surtout en mettant en lumière sur la base de ces sources des tendances semblables dans leur activité économique. Jusqu’ici, les sources étaient étudiées isolément, par branches d’activités. Ceci a amené à considérer la production céramique comme séparée de sa nature, isolée des autres phénomènes économiques. Or, les mécanismes sociaux et économiques mis en évidence dans l’engagement des affranchis impériaux dans la vie économique confirment de mêmes tendances. Dans toutes les sources disponibles, en effet, nous pouvons observer leur rôle en tant que: 1) entrepreneurs indépendants (avec dominante de favoris impériaux qui étaient souvent subsidiés par leurs patrons empereurs afin de rehausser leur statut économique), ou 2) agents économiques indépendants travaillant au nom de l’empereur, mais à leurs frais, cette dépendance reposant toutefois sur une relation juridique et économique très relâchée, conséquence du clientélisme existant entre patrons et affranchis. Cette nouvelle approche est, dans son essence, très importante, car les chercheurs étudiant la question avaient jusqu’à présent limité le statut des affranchis impériaux à l’entreprenariat et réduit leur initiative à un simple rôle de „superviseurs” impériaux, voire de „fonctionnaires”. Cette vision des choses s’est bien enracinée dans les sciences historiques alors même que de nouvelles sources venaient régulièrement la contredire. La tendance relevée dans les sources sociales et économiques se confirme principalement pour le Ier siècle de notre ère, ce qui est conforme aux transformations générales survenues dans la familia Caesaris qui, à partir du IIème siècle, perd progressivement les privilèges socio-économiques et devient une forme de dépendance bureaucratique de l’administration impériale. Par leur silence en ce qui concerne les IIème et IIIème siècles où la tendance générale indique leur augmentation globale, les sources analysées soutiennent cette nouvelle approche. C’est ce que confirme l’un des aspects les plus importants, à savoir la transformation de la familia de la maison privée des princes en une administration patrimoniale bureaucratisée et hiérarchisée, basée sur une clientèle esclave. Il s’agit sans aucun doute de l’un des phénomènes les plus importants illustrant, dans l’histoire de l’Europe, le passage de structures d’organisation de la vie de communautés basées sur la collectivité urbaine, vers une institution „moderne” d’État reposant sur un système monarchique soutenu par une administration.

Pobierz artykuł

Ten artykuł

Classica Wratislaviensia

31, 2011

Strony od 117 do 130

Inne artykuły autorów

Google Scholar

zamknij

Twoj koszyk (produkty: 0)

Brak produktów w koszyku

Twój koszyk Do kasy